« nature | Main | vin »

jeudi, 12 janvier, 2006

c'est grâce à moi !

Ma sœur Ninon est une grosse malpolie. J'ai bien dit "grosse" parce que moi, je suis grande et contrairement à ce qu'elle raconte je ne pense pas qu'à manger. Je suis tombée sur son blog un peu par hasard ; évidemment, elle ne m'en avait pas parlé. Moi, on ne me dit rien, on me prend pour une idiote ! Oui, j'aime le foin de La Crau mais je suis sûre que vous ne savez même pas que c'est une AOC, et depuis 1997. Est-ce que vous savez que ce foin dont on dit que c'est le meilleur du monde pousse entre Arles et Salon-de-Provence, dans des paysages à la Van Gogh – moi, j'ai des lettres contrairement à Ninon – et qu'il est garanti sans engrais chimiques. Justement, à ce propos, on me prend pour une idiote mais je sais bien que je suis indispensable ici. Parce que qui est-ce qui produit le meilleur crottin du Minervois ? C'est Bibi, grâce au foin de La Crau. Et c'est grâce à qui que Papy André se vante d'avoir les meilleures tomates* du canton ? Grâce à qui qu'on a des vignes qui pètent naturellement la forme ? Grâce au crottin de Luna de La Crau ! Alors, qu'on arrête de me faire des raisonnements pour quelques malheureuses balles de foin…

* authentiques cornues des Andes et cœurs de bœuf !

Posted by Luna at 17:58
Categories: vigne

samedi, 07 janvier, 2006

laisser du temps au temps…

C'est vrai, je suis parfois un peu espiègle. Une petite accélération par ci, une petite séance de claquettes par là, il y a des moments où je ne peux pas m'en empêcher… Mais si vous saviez, apprendre à travailler la vigne, c'est une vraie école de patience ! Moi et Luna, ça fait 3 ans qu'on est arrivées ici en Minervois. On arrivait de chez Monsieur Watterlot – je vous jure qu'il s'appelle comme ça –, Monsieur Watterlot, c'est notre papa d'adoption ; notre vrai papa, il s'appelle Galopin et c'est un grand champion, le pur-sang des percherons, français de la crinière aux sabots. Alors nous, avec ces quartiers de noblesse, on se seraient bien vues jouer les chevaux de concours, tirer deux trois calèches pour des gamins en vacances… Eh bien non ! 3 ans qu'on nous apprend à marcher droit entre les ceps, à tourner en bout de rangée, à ne pas s'arrêter pour manger les bourgeons. Je vous promets, ça ne se fait pas en quelques semaines, ni même en quelques mois. Il faut "laisser du temps au temps" comme disait un ancien élu de notre département natal – la Nièvre, vous vous souvenez… Enfin, il paraît que le mot n'était pas de lui mais de l'écrivain lyonnais Catherin Bugnard*, lui-même inspiré par le grand Cervantes, " dar tiempo al tiempo"…

*La plaisante sagesse lyonnaise, Maximes & Réflexions morales recueillies par Catherin BUGNARD, secrétaire perpétuel de l'Académie des Pierres-Plantées, éditée à Lyon en 1944.

Posted by Ninon at 1:50
Edited on: samedi, 07 janvier, 2006 2:04
Categories: vigne